La magie de Noël « made in China » : le monde (pas si) merveilleux de Disney

Mercredi 17 décembre 2008

J-8 avant Noël. À l’heure où les Français se précipitent dans les magasins et dévalisent les rayons jouets pour couvrir leurs enfants de cadeaux « made in China », l’ONG Peuples Solidaires attire leur attention sur les conditions dans lesquelles peluches, poupées et autres jouets sont fabriqués dans ce pays.

Dans un rapport d’enquête, Peuples Solidaires dévoile l’envers du décor chez Disney : des milliers d’ouvriers, majoritairement de femmes, contraints de travailler entre 12 et 15 heures par jour, 28 jours par mois en moyenne, dans des conditions dangereuses, pour des salaires qui leur permettent à peine de vivre. Telles sont les conditions de travail des ouvriers qui fabriquent les peluches « Winnie l’ourson » chez Yonglida Toys et Tianyu Toys, dans la province du Guangdong, en Chine.

L’Association des étudiants et universitaires contre la mauvaise conduite des entreprises (SACOM), une ONG de Hong Kong partenaire de Peuples Solidaires, qui a depuis 2005, enquêté auprès de 11 fournisseurs de Disney en Chine, est allée rencontrer les ouvriers dans les usines, les a interrogés sur leurs conditions de travail et a ainsi pu mettre à jour les conditions lamentables de travail et de vie qui leur sont imposées. « Nous sommes très inquiets » explique Jenny Chan, représentante de la SACOM à Hong Kong, « Non seulement les conditions de ces ouvriers ne se sont pas améliorées depuis nos enquêtes, mais dans le contexte actuel de la crise, les hostilités envers les mesures protectrices des droits des travailleurs en Chine se sont exacerbées ».

Dans une déclaration de deux pages publiée par Disney en réponse au rapport d’enquête publié par Peuples Solidaires, le géant du divertissement dit s’engager à « promouvoir et à maintenir des pratiques responsables de travail dans ses opérations de licence et d’approvisionnement direct partout dans le monde ». Mais, pour Peuples Solidaires, Disney ne traite pas ici la cause profonde des abus : les pratiques d’achat abusives qui pèsent sur les fournisseurs et ne tiennent pas compte des conséquences sur les ouvriers en bout de chaîne. « Disney ne pourra pas indéfiniment reporter la faute sur les fabricants » explique Fanny Gallois, chargée de campagne chez Peuples Solidaires, « On ne peut raisonnablement pas croire qu’aux prix toujours plus bas et dans les délais toujours plus courts qu’imposent Disney et les autres donneurs d’ordre à leurs fournisseurs, ceux-ci pourraient être en mesure de respecter les droits des travailleurs ».

C’est pourquoi Peuples Solidaires a lancé une campagne de cartes à destination du PDG de Disney, Mr Iger, lui demandant de respecter ses engagements et de s’assurer que les ouvriers qui fabriquent ses produits reçoivent un salaire décent, qu’ils connaissent leurs droits (notamment les dispositions du Code de conduite Disney) et sont en mesure de les défendre.

- Rapport d’enquête : http://www.peuples-solidaires.org/IMG/pdf/RapportDisneyFinal-2.pdf
- Réponse de Disney et Réponse de Peuples Solidaires et de la SACOM : http://www.peuples-solidaires.org/article897.html

Contact presse : Fanny Gallois f.gallois@peuples-solidaires
- tel : 01 48 58 21 85 / 06 19 89 53 07 Nous pouvons également vous mettre en contact avec nos partenaires de Hong Kong …

Documents joints

Mots clés: , ,

Semaine de la Solidarité Internationale 2010
à Cergy Pontoise


Cergy Pontoise Solidaire
www.cergypontoise.fr